L’EPHEMERE N’A PAS DE RIDES

L’EPHEMERE N’A PAS DE RIDES

Une ride sur l’eau,  la brise dans les roseaux,

J’aime ces instants fugaces où tout est bien en place ;

Un bonheur transitoire avant l’orage du soir,

Une vie d’éphémère intense et temporaire.

On s’agite en surface,  la truite est sur ma trace,

Il me faut prendre fuite, je dois tout faire très vite.

Je vis au minima, le temps se joue de moi,

Un jour pour des années, sitôt né, condamné ;

Scénario d’une page d’un film de court-métrage,

Ma fin déjà écrite, moi, je pense à la suite :

Trouver mon âme-sœur en même pas une heure,

Et lui faire sa fête… Ah ! Si j’avais internet !

Alain VARLET

Laisser un commentaire