LA MEDUSE

LA MEDUSE

Je suis un amer naufragé sur une mer démontée,

Je n’ai pour seul horizon de ne pas perdre la raison.

Abandonné sur un radeau, mort, assoiffé, entre deux eaux,

Je porte haut mon infortune sur mon bateau de fortune.

Je vis un drame tout éveillé, mes amis rament à mes côtés,

Mon vague à l’âme prend l’eau dans le tableau de Géricault…

Voilà des jours que je dérive, l’espoir toujours qu’on y arrive,

Et l’on devine sur mon visage l’attente ultime d’un doux rivage.

Pendant que sombrent mes idées sombres, la mort m’inonde comme une ombre.

Pensées  à Elle et à ma mère dans ma bouteille à la mer …

Après le choc et la tempête, tout s’entrechoque  là dans ma tête :

Manger le cuir de mon chapeau ou oser cuire le matelot ?

Alain VARLET

Laisser un commentaire